Alfred

On ne présente plus Alfred, Fauve d’or 2014 à Angoulême avec Come Prima.  Issu d'une famille d'artistes, il découvre très vite le plaisir de créer des univers, des personnages, des ambiances... Il se nourrit avant tout de livres, de théâtre, de musique et de cinéma. Raconter des histoires avec des dessins devient rapidement une idée fixe. Complètement autodidacte, des années de fanzinat et de micro-édition lui forgent le caractère. Il commence à publier aux Éditions Delcourt (1997), et prend du plaisir à fourrer son nez et ses crayons un peu partout (Treize Étrange, Petit à Petit, Charrette, Le Cycliste, Futuropolis…). En l’an 2000, a lieu une rencontre importante avec le scénariste David Chauvel qui lui propose une série jeunesse, Octave, l’incitant à creuser des orientations graphiques et narratives nouvelles. Depuis, ils collaborent régulièrement sur des ouvrages collectifs comme Paroles sans Papiers en 2007 ou Premières fois en 2008, toujours aux Éditions Delcourt. En 2004, il réalise son vieux rêve : adapter Café Panique, le roman de Roland Topor (Éditions Charrette) dans lequel il s’essaye, à l’instar du peintre-romancier, à mélanger les techniques. Son lieu de travail, « l’Atelier flambant neuf », composé d’illustrateurs et de graphistes, lui permet de débuter la série Le Désespoir du singe (Éditions Delcourt) sur un scénario de Jean-Philippe Peyraud, et de réaliser Pourquoi j’ai tué Pierre avec Olivier Ka – Prix du Public et Essentiel à Angoulême en 2007. Musicien et comédien depuis des années, il monte avec ce même complice, le spectacle du « Crumble Club » en 2006, sorte de duo-cabaret loufoque dans lequel il chante, conte et surtout occupe la place « d’homme-orchestre » en manipulant divers instruments. En janvier 2009, il prépare pour les Éditions Delcourt Je mourrai pas gibier, adaptation du roman de Guillaume Guéraud.
Après un passage par la série Donjon (T.110), la petite bédéthèque des savoirs (Le tatouage), il sort avec Olivier Ka Capitaine Fripouille, une fable sociale très tonique et colorée, tout en collaborant à divers projets artistiques passant aussi aisément de l’univers de Dominique A ou JP Nataf à des spectacles pour enfants. Un vrai touche à tout !

 

Cailleaux

Christian Cailleaux est né en 1967 à La Garenne-Colombes, en banlieue parisienne. Études de Lettres/Philo, puis École Nationale d'Art de Cergy. Illustrateur (presse enfantine, périodiques de voyage et généralistes), publiciste et piètre trompettiste comme son héros des Imposteurs, il a beaucoup circulé et séjourné en Afrique, en animant des ateliers de dessin dans les Centres Culturels ou les Alliances Françaises d'une quinzaine de pays du continent. Cette expérience servira de matière à sa première publication professionnelle en bande dessinée, il y a une dizaine d'années : Les aventures d'Arthur Blanc-Nègre, deux albums parus chez Dargaud sur un scénario de Sallé, aujourd'hui épuisés. Il assure ensuite seul le scénario et le dessin de ses créations suivantes : deux autres albums paraissent chez Dargaud, Haëllifa et Harmattan, Le vent des fous, puis deux titres sont publiés par l'éditeur indépendant Treize Étrange, Le café du voyageur et Le troisième thé. La trilogie Les Imposteurs, parue entre 2003 et 2005, est sa première contribution au catalogue de Casterman. En 2006, il illustre Frankenstein pour Albin Michel Jeunesse, sur une adaptation de Michel Piquemal. Après deux voyages en Inde en 2005 et 2006, le récit de cette expérience a donné lieu à Tchaï Masala, paru chez Treize Étrange en mai 2007.
En 2008, avec R97, des hommes à terre (Casterman), il raconte avec l'acteur-écrivain Bernard Giraudeau un tour du monde. Le voyage (initiatique) d’un jeune matelot embarqué à bord de « la Jeanne ». Suivront juste après la mort de Bernard Giraudeau Les Longues Traversées, un texte aux thèmes chers aux deux hommes : la marine, le voyage, l’amour, la découverte de soi.
Après Jacques Prévert n’est pas un poète en 2014 et Embarqué en 2015, Christian Cailleaux vient de publier Gramercy Park : un album élégant fortement remarqué par la critique.
Une grande exposition lui est consacrée. L’occasion de découvrir ou redécouvrir ses thèmes de prédilection : les îles, la mer, les femmes et... en bonus... des croquis de son récent voyage en mer de Chine sur la goélette Tara, conçue pour les expéditions scientifiques.

Riff Reb's

Né en Algérie, Dominique Duprez, dit Riff Reb’s vit aujourd’hui au Havre. Après des études à l’Ecole Nationale des Arts Décoratifs de Paris et différents emplois dans des studios de dessins animés, il crée dans les années 80, aux côtés de Cromwell et de Qwak, l’atelier Asylüm. Ce lieu de créativité délirante sera la rampe de lancement idéale pour la conquête du 9e art, avec Le Bal de la Sueur, La Crève, Le Kid et Bergson, etc.
En quelques années, Riff Reb’s est ainsi devenu l’un des chefs de file d’une nouvelle école de bande dessinée, mêlant habilement un graphisme dynamique et novateur à un discours souvent irrévérencieux.
Sa trilogie maritime – À bord de l’Étoile Matutine, Le Loup des mers et Hommes à la mer – plébiscitée par la presse et récompensée à plusieurs reprises, s’est imposée, en quelques années, comme incontournable auprès des lecteurs du 9e art. Riff Reb’s y incarne la mer, au point de transformer un décor convergent en personnage central.
Ces dernières années, outre des expositions, il a publié avec Régis Lejonc La Carotte aux Etoiles chez La Gouttière et une monographie exceptionnelle dédiée aux œuvres maritimes : Marines propose en effet une véritable traversée graphique ! Dans un esprit gigogne, ce coffret doté d’un premier livre relié cartonné au format marine recèle un second livre relié broché dédié aux pirates les plus emblématiques. Atmosphères noires, expressivité flamboyante... Crayons graphites secs, tendres, encre de chine, gouache... Riff Reb’s transcende le noir et blanc et confère lumière, contrastes et profondeur. Un spectacle visuel époustouflant !
Nous avons le plaisir et l’honneur de vous proposer son univers à travers l’affiche du festival et une exposition au restaurant de la plage.
 

Manu Cassier

Auteur et illustrateur BD, Manu Cassier anime régulièrement des ateliers et pratique des interventions tant dans le cadre scolaire qu'associatif.
L'héritage du chaos paru en 2016 raconte comment trois hommes, dont les destins ont été brisés par la 1ère Guerre Mondiale, vont se croiser.
Le tome 2 (Fugue Berlinoise) va sortir très prochainement aux éditions Sundawe.
Cet album sert actuellement de point de départ à un projet de performance dessinée sur la guerre 14/18 avec lecture théâtralisée des élèves du cycle 3 des établissements de Tonneins.
Vient de paraitre en mai 2018 Esclaves de l'île de Pâques.

Richard Guérineau

Richard Guérineau est né le 18 novembre 1969. Dès son plus jeune âge, il est envoûté par le démon de la bande dessinée et dévore avec frénésie les passionnantes aventures de Bibi Fricotin, Bill Tornade, et Blek-le-Roc. Assez rapidement, ses proches lui affirment que «le dessin n’est pas un métier !». De nature conciliante, il suit leurs conseils et passe un bac scientifique. Pourtant il ne perd pas son but de vue ! Il entame en effet des études d’arts plastiques. Plus il réfléchit sur l’Art en général et plus il a envie de faire de la bande dessinée en particulier. En 1991, sa rencontre avec le scénariste Corbeyran aboutit à une fructueuse collaboration : L’As de Pique édité d’abord chez Dargaud, puis aux éditions Delcourt en intégralité dans la collection Encrages... Parallèlement, le duo signe un thriller aux frontières du réel, Le Chant des Stryges, toujours chez Delcourt. Pour cette série de 18 tomes achevée cette année, il a adapté son style graphique : son trait nerveux et ses cadrages serrés servent brillamment ce récit mené tambour battant !  Entre temps il a sorti Les Zombies - La Vie au-delà de la mort chez la petite Bédéthèque des Savoirs et Henriquet, l’homme reine chez Delcourt.
Il travaille actuellement sur l’adaptation du dernier Jean Teulé dont il avait déjà adapté Charly 9 et participe aussi régulièrement à des performances dessinées avec le collectif Flambant Neuf.
 
 

Troub's

Troub’s est né à Bordeaux en 1969, sous le patronyme de Jean-Marc Troubet.
Après le lycée, il entre aux Beaux-Arts de Toulouse et ressort par ceux d’Angoulême en 1993.
Il s’installe ensuite en Dordogne et, entre deux voyages, commence à écrire et à dessiner des livres, souvent à la première personne.

Il ne part jamais de chez lui sans un petit sac contenant plusieurs carnets à dessin, de différentes tailles. Ses promenades bucoliques le mènent dans les prés qui longent sa maison, ou à l’autre bout du monde, en Australie, à Bornéo… Mais toujours avec la même volonté de restituer le monde tel qu’il le voit, avec pudeur et empathie. Dessinateur contemplatif, amoureux de la nature et des animaux, il a publié récemment Mon voisin Raymond qui propose une observation poétique de la campagne périgourdine en compagnie de son voisin octogénaire. Un personnage attachant, plein de bon sens, resté dans son époque qu’il nous fait connaître. Son dessin poétique au stylo et à l’aquarelle se met au service d’une belle rencontre et de superbes paysages.

Dessinateur engagé, Troub’s propose une forme hybride de récit, entre BD et carnet de voyage-reportage. Avec Edmond Baudouin, il a déjà signé deux reportages marquants : le premier sur les féminicides de Ciudad Juarez, à la frontière américano-mexicaine, Viva la vida, en 2011 ; l’autre sur les conditions de vie des paysans colombiens, Le Goût de la terre, en 2013.                                                                                                                                                     Cette année c’est en France, dans la vallée de la Roya, qu’ils sont partis à la rencontre de ceux qui viennent en aide aux migrants. Humains, la Roya est un fleuve dit l’urgence et rappelle l’impératif d’humanité face à ces populations à la recherche d’une terre d’accueil.

Edith

Edith Grattery est une dessinatrice et coloriste.

Edith est née à Marseille le 25 juillet 1960. Elle collabore au sein d'Asylum à plusieurs ouvrages de Cromwell ou de Riff Reb's. Mais c'est véritablement en 1990 qu'elle donne naissance à Basil et Victoria sous un scénario de Yann. Cette série jeunesse est d'ailleurs récompensée par un Alph'art en 1993 et bientôt adaptée en dessin animé.

Elle explore un peu plus sa fibre jeunesse et illustre plusieurs livres de l'École des loisirs tels que Jaune d’œuf ou Mon doudou. Elle laisse son côté féministe s'exprimer avec Quatre punaises au club réalisée avec Nathalie Roques, Dodo et Florence Cestac. Sa rencontre avec Corcal laisse libre cours à son attrait pour les pastels et les impressionnistes : c'est ainsi que naît la série Montmartre No future parue chez Casterman en 2000. Elle renoue avec la jeunesse avec ce dernier compagnon de route et dessine les aventures du Trio Bonaventure.

Puis, après une pause de plus de dix ans, elle revient à Basil et Victoria, dont le dernier tome est sorti en 2007, avant de se lancer, en compagnie de Yann, dans l'adaptation du célèbre roman d'Emily Brontë, Les Hauts de Hurlevent.
En 2008, elle reçoit le Grand Prix du festival Des Planches et des Vaches pour l'ensemble de son œuvre.
En 2015, elle adapte magnifiquement le roman de Philippa Pearce, Le jardin de minuit.
En 2017, la dessinatrice havraise signe, avec le scénariste Zidrou,  Emma G. Wildford : L’héroïne quitte son confort, l’Angleterre, sa vie, pour embarquer seule jusqu’en Laponie. Davantage que son fiancé, c’est finalement la quête personnelle qui va la motiver. Une femme des années vingt, mais qui colle bien au temps actuel...

Edith vient, accompagnée d’une exposition reflétant ses choix et envies. Un vrai cadeau que nous vous proposons de partager en sa compagnie.

H. Tonton

Né à Chartres, H.Tonton dessine sa première planche à l’âge de 12 ans. Ses lectures de Gaston Lagaffe et des Petits Hommes lui inspirent nombre de personnages au nez développé comme Zuzu, Super Tonton, Hervé ou encore Jérémi le Vagabond. En 1990, la découverte de l'œuvre de Loisel vient tout bousculer. Autodidacte, H.Tonton se lance alors dans des histoires fantastiques plus importantes. Aujourd'hui, il partage son temps entre l’enseignement et la réalisation de BD "artisanale" en tant qu’auteur complet.

Lors du salon 2017 son exposition fut très remarquée et appréciée. Il nous revient avec le tome 2 de Le temps du rêve.

Marion Duclos

En 1984, Marion Duclos a 3 ans, elle décide qu'elle sera ingénieur des “zoos et forêts” à cheval ou égyptologue. C'est donc naturellement qu'elle étudie l'hydrobiologie et parcourt les rivières de France. A 25 ans, elle revoit ses ambitions à la hausse et se consacre à la bande dessinée. Elle travaille ensuite pour l'édition et la presse jeunesse.

Elle a signé Victor & Clint en 2015 à La Boîte à bulles : Victor invente sa vie en western trépidant. De quoi mieux accompagner les bons moments et supporter les mauvais. Un thème universel qui bénéficie d'une ébouriffante énergie à la fois dans les dialogues et le graphisme bondissant. Suite au salon de 2016, les écoles de Duras et alentours l’ont accueillie en résidence.

En 2017, elle publie Ernesto, une histoire qui lui tient à cœur, celle du voyage cathartique d'un immigré espagnol sur la route de son passé. Ernesto est un grand-père pas très bavard. Il vit à Tours, mais son accent ne trompe pas : on sait bien qu'il vient de l'autre côté des Pyrénées. Le franquisme lui a volé sa jeunesse... La cité scolaire d’Aiguillon a travaillé le thème de la guerre civile espagnole avec elle, réalisant une très belle exposition alliant poèmes, textes et dessins.

Editions Belloloco

Diplômé de l’École des Beaux-arts d’Angoulême en 1995 sous la présidence de Moebius, Josepe est un dessinateur, auteur, graphiste et éditeur qui a toujours basé sa création sur l’expérimentation narrative et la recherche graphique. Josepe a publié depuis 1988 dans de nombreux contextes et a co-fondé depuis le début des années 1990 plusieurs labels ou structures éditoriales, traditionnels sur papier autant que numériques (Coconino World), mais toujours dans le domaine de la bande dessinée et de l'exploration éditoriale et graphique.
Il développe depuis 2011 le projet éditorial des Forges Graphiques de BELLOLOCO en compagnie de l'auteure Julie M., où il publie des ouvrages aux frontières du fantastique, teintés d'expressionnisme, de surréalisme, servis par un dessin fortement influencé par les grands artistes de l'encrage qui ont façonné l'histoire du 9e art.

              J o s e p e
:--:--:--:--:--:--:--:--:--:--:
éditions BELLOLOCO
 Les Forges Graphiques
   www.belloloco.com
          06 58 40 48 05
:--:--:--:--:--:--:--:--:--:--:
        www.josepe.fr
:--:--:--:--:--:--:--:--:--:--:

 

Edmond Baudoin

Edmond Baudoin est né à Nice en 1942.

Après avoir suivi des cours aux Arts décoratifs, il exerce la profession de comptable avant de revenir au dessin en 1971. Il glisse ses premiers courts récits de BD dans le Canard Sauvage en 1974, puis dans Circus, Pilote et l’Écho des Savanes. Civilisation est son premier album chez Glénat en 1981.
Il publie ensuite une série d'ouvrages chez Futuropolis dont Passe le temps (1982), La peau du lézard (1983), Un rubis sur les lèvres (1986) … Il illustre également des œuvres de Le Clézio, Tahar Ben Jelloun....
 Ses albums sont principalement en noir et blanc ; leur originalité graphique se situe entre la peinture et la bande dessinée.

Aujourd’hui entre un livre avec le mathématicien Cédric Villani et les collaborations artistiques, il multiplie les voyages : il aime rencontrer des gens, échanger avec eux. Il se définit comme un artiste engagé : ainsi, après Ciudad Juarez et la Colombie, cet infatigable voyageur curieux de tout et son acolyte Troubs sont partis à la rencontre des migrants et des bénévoles de la vallée de la Roya, lieu de passage depuis l’Italie dont ils ont tiré conjointement un nouvel album intitulé Humains : La Roya est un fleuve.

  • Les reveurs lunaires

  • J'ai été sniper

  • Ballade pour un bébé robot

Ström

Professeur d’allemand pendant douze ans, Ström se consacre totalement au dessin en 2004. Il commence par la caricature et le dessin de presse et publie quelques dessins sur le site Gueule d’humour.

C’est dans un collège d’Orléans où il est en poste qu’il rencontre René Pakondji, professeur de français et conteur. De cette rencontre naît en 2008 Corne et Ivoire aux éditions Afrobulles puis un second projet en 2010 La galère du roi.

Il est co-scénariste avec Philippe Garand de la série Le petit œuf et anime régulièrement des ateliers avec ce personnage.

  • "La banda" La note ultime